Serge Mathonet

la CICAF : la commission de l'AISF

Au travers de ses missions, l’AISF défend bien entendu également les arbitres, juges et juges-arbitres depuis plusieurs années.

 

Cela s’est notamment traduit par une collaboration avec l’ADEPS dans la mise en place de journées et de soirées consacrées à l’arbitrage, par la mise en place de campagnes de valorisation de l’arbitrage et de formations en assertivité et gestion de conflits, par des enquêtes auprès des fédérations et par la création en 2018, avec le soutien de l’ADEPS, de la Commission interfédérale du corps arbitral francophone appelée Cicaf.be dont les objectifs sont :

  • Fédérer le « corps arbitral » de diverses disciplines sportives ;
  • Partager et échanger les expériences, les idées autour de l'arbitrage ;
  • Veiller à la protection juridique des membres ;
  • Obtenir une fiscalité adaptée ;
  • Promouvoir l'arbitrage à travers la valorisation de l’« ARBITRE » ;
  • Former (en mutualisant par certains aspects), recruter, fidéliser les aspirants et actuels corps arbitraux ;
  • Organiser une journée annuelle de l’arbitrage ;
  • Effectuer une veille juridique sur tous les sujets pouvant concerner l’arbitrage ;
  • Centraliser toutes documentations ayant trait à l’arbitrage ;
  • S’inscrire dans un mouvement belge et européen poursuivant les mêmes objets.

 

En outre, à l’occasion des dernières élections de mai 2019, l’AISF a réalisé un cahier de revendications du monde sportif francophone qui reprend une série de doléances adressées aux représentants des partis politiques. Parmi ces revendications et outre celle plus générale de refinancer le sport qui aujourd’hui ne représente que 0,5% du budget de la Fédération Wallonie/Bruxelles, un chapitre est consacré à l’arbitrage et indique que : "La mise en place en 2018 d'une commission spécifique à l'arbitrage au sein de l'AISF (CICAF.be) démontre l'importance pour le monde sportif de se pencher sur les problématiques qui touchent le corps arbitral inter­fédéral. Les officiel.le.s étant indispensables à toute compétition sportive et il faut donc veiller à les valoriser et à les préserver. "

 

Concrètement, il convient de :

  • Favoriser un espace de mise en commun des problématiques propres aux juges et arbitres. 
  • Favoriser le recrutement de nouveaux.lles arbitres et veiller à conserver les arbitres en activité. 
  • Proposer et soutenir des formations sur les problématiques communes aux disciplines sportives (assertivité, gestion de conflits, gestion du stress, ...). 
  • Durcir la sévérité des sanctions en cas d'agressions et créer un degré de sanctions s'appliquant de manière interfédérale. La CICAF pourrait être l'organe fixant celles-ci en veillant également à organiser le recours.

L’AISF continuera de veiller à mettre en valeur les arbitres, sera attentive à l’application des revendications ci-dessus et lancera fin septembre une campagne visant à faire respecter l’arbitre et reconnaitre son rôle de garant du bon déroulement du jeu.

 

Serge Mathonet

Directeur AISF