Philippe Housiaux

Le Fair-Play ou la parabole de la chaîne et des maillons

Pour faire de beaux sportifs il ne suffit pas seulement d’avoir de superbes qualités physiques et un encadrement technique performant, engagé et constant.

 

Pour faire de beaux sportifs il faut que les astres soient alignés ; que la famille y contribue d’abord, que le club accueillant soit avant tout préoccupé par son rôle sociétal avant d’être une « usine » à champions (du quartier, de la commune et puis … olympique), que la fédération dont le club dépend ait le souci de régler au mieux l’environnement de son sport, propose des règles acceptables et aide ses membres à progresser ; et qu’elle régisse ses compétitions souplement en composant avec les complexités de l’occupation de stades, de salles, d’horaires d’autres sport.

 

Pour faire de beaux sportifs il est déterminant que ces maillons s’imbriquent parfaitement et que la chaîne ainsi créée soit parfaitement tendue, bien huilée et toujours entretenue.

 

Sans omettre de faire le dernier « check » avant de prendre son envol pour que le sportif soit en plus conscient et « éduqué » aux valeurs du sport qui sont aussi valeurs sociétales.

 

C’est là et uniquement là que se trouve la raison d’être du Panathlon Wallonie-Bruxelles : créer les conditions pour que le sport et ses sportifs s’épanouissent en s ‘appuyant sur un socle de valeurs qui ont pour substantifs, Respect, Camaraderie, Jusqu’au-boutisme, esprit d’équipe et Fair-Play. 

 

Et de mettre en exergue les rôles essentiels de chacun des maillons. Pour qu’ensemble le sport soit fier et surtout heureux des chaînes composées.

 

Il nous est apparu que le monde de l’arbitrage n’était pas (ou pas assez) considéré comme un maillon de ces chaînes ; qu’il se vivait en périphérie du sport comme un corps certes indispensable mais uniquement (à tout le moins essentiellement) présent pour sanctionner, brandir des cartons, renvoyer au vestiaire, réprimander ; et prêt dès lors à essuyer toutes les critiques de supporters, de coaches, de joueurs aussi … quand la violence physique contre eux ne s’en mêle !!

 

Or l’arbitre ou le juge de touche, l’officiel ou l’assistant sont non seulement capitaux pour que les règles du sport s’appliquent et qu’elles permettent dès lors de valider un résultat MAIS VRAIMENT FONDAMENTALEMENT « l’Homme ou la Femme » en noir est éducateur, donne du sens à la règle (et l’explication à propos de celle-ci), prône les gestes d’apaisement et le retour au calme ; il est le premier maillon qui va inscrire le Fair-Play dans l’aire de jeu et lui donner sa vigueur.

 

Pas de doute à avoir pour le Panathlon et ses partenaires, en instituant ce 7 septembre 2019 le « mois du Fair-Play » , c’était bien vers les Arbitres que nous voulions rendre hommage, donner ce sens supplémentaire à leurs missions … et susciter des vocations pour les rejoindre. 

 

Car plus il y aura d’arbitres et plus il pourra y avoir de compétitions empreintes de Fair-Play !!

 

Philipe Housiaux, 

Président, Panathlon Wallonie-Bruxelles